Questions fréquentes

ROBIN-CANTALUPI-beige.jpg

Si je consulte un psychologue… c’est que je suis « fou » et/ou que je suis « faible »

L’image de la psychologie actuellement n’est plus la même que celle d’il y a 30 ans. Depuis les années 2000, la psychologie s’est peu à peu démocratisée auprès du grand public, et il est maintenant courant de connaître un proche qui consulte ou qui a consulté un psychologue.

Non, consulter un psychologue n’est pas synonyme de folie ni de faiblesse. Stress, moral en berne, sentiment de solitude, problèmes affectifs… sont des motifs de consultation tout à fait justifiés qui peuvent concerner une grande majorité d’entre nous. Certains pourront gérer ses épisodes tandis que d’autres auront davantage de difficultés à le faire

La faiblesse ne se situe-t-elle pas davantage dans l’immobilisme et la peur de consulter plutôt que dans la démarche d’aller voir un psychologue ?

Consulter un psychologue peut se révéler être une étape importante dans votre vie. Je vous incite à vous renseigner dans les sections suivantes pour plus d’informations : « Les difficultés psychologiques ». 


Psychologue, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute… Quelles différences ?

  • Psychologue : le psychologue dispose d’une solide formation théorique qui fait de lui un spécialiste du fonctionnement psychologique et des comportements qui a (a minima) un Bac +5 (Licence de psychologie d’une durée de 3 ans + un Master mention Psychologie d’une durée de 2 ans). L’obtention du titre de psychologue est possible si et seulement si la personne peut attester d’un stage professionnel d’au moins 500h. Son cursus a été effectué à l’Université

  • Psychiatre : le psychiatre est un médecin spécialiste des pathologies psychiatriques qui a suivi une formation en médecine (tronc commun d’une durée de 6 ans ainsi qu’une spécialisation en psychiatrie d’une durée de 4 ans). Il peut prescrire des médicaments.

  • Psychanalyste : c’est un professionnel du fonctionnement psychique formé à la cure psychanalytique. Cette cure se base essentiellement sur l’exploration de l’inconscient. Il doit également entamer une analyse personnelle. A savoir que le titre de psychanalyste n’est pas protégé par la loi.

  • Psychothérapeute : c’est un professionnel qui utilise une ou des méthodes psychothérapeutiques. Suite aux réglementations de 2004 et 2010, le titre de psychothérapeute en France est maintenant encadré. De plus, il doit avoir obtenu de la part de l’Agence Régionale de Santé (ARS) la formation et l’autorisation d’exercer. Un psychologue peut également disposer du titre de psychothérapeute

Indépendamment du professionnel que vous consultez, je vous invite à demander systématiquement à votre interlocuteur ses diplômes ou tout autre preuve qui peut garantir sa pratique. Face à la démultiplication des préfixes « psy » en tout genre, il faut faire preuve de prudence. Notamment, soyez particulièrement alerte si l’on vous promet des « solutions miraculeuses » censées régler tous vos problèmes ou bien si l’on vous demande de payer des sommes exorbitantes pour des séances qui durent à peine 15 ou 20 minutes… Ou pire, pour des séances qui n’ont même pas été réalisées !

Pour en revenir spécifiquement aux psychologues, vous devez vous assurez avant de consulter qu’ils disposent des diplômes nécessaires à l’obtention du titre (Bac +5 assorti d’au moins 500h de stage clinique) et qu'ils sont enregistrés à l'Agence Régionale de Santé (ARS). Ils doivent en effet disposer d’un numéro ADELI. Ce numéro d’identification garantit l’authenticité du professionnel. 


Psychologue, neuropsychologue… Quelles différences ?

Dans la loi, il n’existe qu’un titre unique lorsque l’on est psychologue : celui de « Psychologue ». Pour autant, après une Licence commune de psychologie, le psychologue peut décider de s’orienter vers une des spécialités de la psychologie (neuropsychologie, psychologie du développement, psychologie clinique, psychologie sociale, ergonomie etc.). Le neuropsychologue est un professionnel qui participe à diagnostiquer, qui évalue et rééduque les fonctions cognitives (la mémoire, l’attention, le langage, la perception…) à l’aide de tests standardisés.


Les psychologues obéissent-ils à un code de déontologie ?

Il existe effectivement un Code de Déontologie des psychologues, dont la dernière actualisation date de 2012. Ce Code se structure autour de 6 grands principes qui sont les suivants :

  1. Respect des droits de la personne

  2. Compétence

  3. Responsabilité et autonomie

  4. Rigueur

  5. Intégrité et probité

  6. Respect du but assigné

Le Code contient un certain nombre d’articles qui garantissent la pratique du psychologue dans toutes ses dimensions. On y trouve, par exemple, des références quant à la formation des psychologues, aux devoirs envers ses pairs et ses patients, ou encore des conseils sur les modalités de diffusion de la psychologie auprès du grand public. Un des points importants concerne le respect de l’anonymat des informations écrites ou orales que l’on transmet au psychologue. Je vous invite à lire le document complet à cette adresse.

Peu importe la spécialité du psychologue, nous avons pour devoir de nous référer au Code de Déontologie pour garantir l'éthique de notre pratique.